Concerns over the draft law on the organization of the University of Luxembourg

The Association of Professors of the University of Luxembourg (APUL), after meeting in extraordinary general assembly on 14 November 2017, has adopted a position statement expressing its concerns over the draft law on the organization of the University of Luxembourg currently under discussion.

In the view of the Association, the law fails to provide for the type of participatory democratic structures necessary for the continued successful development of our university, while also introducing rigid study regulations that may lead to unintentionally harsh consequences for students in particular circumstances.

Concerned to continue building on the remarkable national and international success of our university, APUL therefore calls for a public debate engaging the university community and civil society so as to ensure that the new law will be informed by a thoroughgoing process of democratic reflection and will be anchored in the realities of the Luxembourgish academic context.

The full text of the APUL position statement from the 20th of Navember 2017 may be found below respectively in English, French or German  :

Professor Luc Heuschling’s legal opinion may be found at:

 

Posted in Academic Freedom, APUL, UL Law | Leave a comment

Call for an APUL EGM, Tuesday Nov 14, 17h00-18:30, room MSA 3.110

See Minutes here

Dear APUL members,

The APUL board calls for an extraordinary general  assembly of APUL on the 14th of November (17:00 – 18:30 venue Campus Belval MSA 3.110).

The first purpose of this Extraordinary Assembly is to take a position on the Loi sur l’Université du Luxembourg. I was told that the Conseil d’Etat is said to publish soon his report on the law. The APUL board is convinced that APUL should send its view on the law to the Conseil d’Etat as soon as possible in order to have it taken into account. There are several points in the law that could be challenging the democratic functioning of our University and on which we should express our concern. We apologise for the short notice of this announcement and the haste required to deal with this issue but given the context, we believe there is an urgent need to meet.

The second purpose of this Extraordinary Assembly will be to start discussing a welcome letter APUL could send to Stéphane Pallage, the new appointed rector, in order to draw his attention on several points we consider crucial for the functioning of the University, among which and inter alia the lack of transparency of the central administration processes which needs to be addressed by the future governance of UL.

Let us apologise again for the short notice and hope that in this extremely important stage in the history of the University of Luxembourg this Extraordinary Assembly will be attended by many of us. A massive attendance will be a strong signal of our commitment to the democratic development and functioning of our University and our strength as a community.

Kind regards,

On behalf of the APUL board,
Elise Poillot
APUL Chair

Posted in APUL, Meetings, Uncategorized | Leave a comment

Universities are broke. So let’s cut the pointless admin and get back to teaching

« The meaningless tasks and faux-business strategies prioritised by British universities have skewed their real role. »
Guardian article by André Spicer, professor of organisational behaviour

Interesting and acute analysis of what is now going on in the UK and of what we should not do (our central administration having a certain tendency to think Anglo-Saxon models are the best). Some points raised by this article also reminded me of Uni.lu.

Elise Poillot
APUL chair

Posted in UL administration | Leave a comment

Die Zukunft der Universität Luxembourg: Wir stehen an einem Scheideweg

Woxx interview mit G. Steffgen
WOXX | 14 07 2017 | Nr 1432

Posted in Academic Freedom, Research policy, UL Law | Leave a comment

Minutes from the APUL AGM’2017

APUL – The Association of Professors of the University of Luxembourg

Minutes from the Annual General Meeting 2017

Tuesday, 20th June 2017, Black Box, MSH, Campus Belval

Present: F. Anton, I. Behrmann, J. Billieux, R. Bisdorff,  P. Bouvry, J.-L. Bueb, A. Fickers, R. Harmsen, W. Haslehner, M. Hesse, L. Heuschling, St. Maas, Ch. Max, A. Melzer, B. Nienaber, M. Pauly, P.  Ryan, J. Schiltz, J.-M. Schlenker, M. Schlichenmaier, B. Steenis, G. Steffgen, N. Teferle, M. Uhrmacher, J. Van Bommel, P. Esteva-Verissimo, Fr. Viti, E. Weydert,
Excused: R. Baustert, A. Binsfeld, M. Cole, I. De Saint-Georges, O. Francis, N. Guelfi, P. Heuschling, Fr. Hofmann, A. Hübner, A, Irmen, St. Kloster, S. Kmec, O. Kohns, St. Kreis, J. Lagerwall, U. von Lilienfeld-Toal, S. Mauw, N. Navet, I. Nourdin, A. Pantaza, H. Parlier, J. Pavlik, P. Plapper, E. Poillot, Ph. Poirier, I. Schandeler,  Chr. Schommer, Chr. Schulz, M. Theobald,  G. Tripathi, L. Van der Torre, G. Wiese, L. Wirtz, J. Vanderwalt, C. Vögele.

The meeting starts at: 17h10

Agenda

1) Reporting the past APUL activities

a) Despite planning in Autumn 2016 for organising a public APUL event around the forthcoming project of revision of the UL law, no action could be completed, partly due to institutional work overload of the APUL chair, but partly also due to the outbreak of the actual governance and administration crisis.
b) The APUL secretary, for his part, reports from his observer position in the Governing Board, and more specifically about the apparent changes happening in the Board meetings since the new President arrived. Also, he mentions the request he got from the UL Communication department to replace the rectorate in the Radio 100,7 show “Riicht Eraus: En neit Gesetz fir eng besser Uni ?“, facing Minister Marc Hansen and MP Martine Hansen, on Saturday, June 17, 2017.
c) The FLSHASE Vice-Chair mentions the publication of a paper contribution in the monthly FORUM 374 (June 2017) edition.

2) Renewal of the APUL executive officers

  • Chair: Elise Poillot (proposer: W. Haslehner, seconder: J. Schiltz)
    Motivation letter from colleague Elise Poillot, professor in civil law at the FDEF.

  • Vice-chair FDEF: Werner Haslehner (proposer: R. Bisdorff, seconder: A. Fickers)
  • Vice-chair: FLSHASE: Markus Hesse (proposer: M. Pauly, seconder: B. Nienaber)
  • Treasurer: Jang Schiltz (proposer: R. Bisdorff, seconder: A. Fickers)

R. Bisdorff’s motion to make, as there is a unique nominee for each office, a non confidential bulk election, finds unanimous support. The nominees are elected unanimously by the assembly.

3) UL governance crisis and the revision of the UL law

A lively discussion starts about a text proposal (voir la contribution à la discussion d’un groupe de professeurs) concerning both the ongoing governance crisis as well as the forthcoming UL Law revision (voir le projet de loi 7132 du 8 mai 2017 ayant pour objet l’organisation de l’Université du Luxebourg: pages 1-63 et pages 64 – 104).

Following eventually a recommedation by colleague Harmsen, it is decided to prepare, in a first step, a concise, one page positional text (A) about the very missions of the UL from the professors’ perspective.  In a second step, taking  text (A) as motivation, formal amendments of the present law revision project with commentaries will be elaborated  and disseminated inside and outside the UL, in particular to the State Counsel members and the relevant Parliament Commission members.

To proceeed quickly with this undertaking, following colleagues agreed to join in a task force: R. Bisdorff (B), R. Harmsen, L. Heuschling, Ch. Max, M. Pauly (B), J.-M. Schlenker, M. Schlichenmaier (A),  and Fr. Viti. Other colleagues, who would like to join in the task force, are most welcome. Same, in case you would like to otherwise express your opinions, comments and suggestions, please contact the APUL executive.

The AGM ends at: 18h35
Minutes prepared by R. Bisdorff

Posted in APUL, Meetings | Leave a comment

Widersprüchlich, ungeduldig, selbstbezogen?

Anmerkungen zum Verhältnis zwischen Luxemburg und seiner Universität

«Viel ist gesagt und geschrieben worden zur rezenten Krise der Universität. Während der Rektor und enge Mitarbeiter im Zentrum der Debatte standen, fand die Rolle der Forschungs- und Wissenschaftspolitik des Landes bislang kaum Beachtung. Soll die aktuelle Krisenerzählung auch nur annähernd vollständig sein, müssen die Politik und ihre Rahmenbedingungen im Land in den Diskurs einbezogen und kritisch reflektiert werden.»

Markus HESSE, FORUM 374 (2017):14-16

Posted in APUL, Research policy, UL Law | Leave a comment

En neit Gesetz fir eng besser Uni?

«Matten an enger turbulenter Zäit fir d’Uni a kuerz no der Demissioun vum Recteur Rainer Klump, huet d’Regierung eng Reform vum Uni-Gesetz lancéiert. 14 Joer no hirer Grënnung soll d’Uni en neie legale Kader kréien, deen d’Zesummenaarbecht tëscht Rektorat, Uni-Basis, Conseil de Gouvernance a Regierung reegelt. Wat bréngt dat neit Gesetz? Wien huet op der Uni d’Soen? A wéi autonom ass d’Fuerschung? Iwwer dës Froen diskutéieren den delegéierten Héichschoulminister Marc Hansen, d’CSV-Deputéiert Martine Hansen an de Raymond Bisdorff vun der Associatioun vun den Unis-Proffen.» Moderatioun: Pia Oppel.

Riicht Eraus Emissioun um Radio 100,7 vum 17,Juni 2017

Posted in Academic Freedom, APUL, Research policy, UL administration | Leave a comment

Vers une Université communicative, collaborative et transparente faite par et pour la société Luxembourgeoise

Contribution d’un groupe de professeurs à la discussion des points 3 et 4 de l’AGM 2017 du mardi 20 juin.

Après la démission prématurée et récente du recteur Rainer Klump, la déposition d’une nouvelle loi au conseil de gouvernement, et l’émergence de problèmes budgétaires, les enseignants de l’Université mettent en question le concept de l’Université.

Après des années de discussion le Luxembourg s’est doté en 2003 d’une Université, afin d’un côté éviter le « brain-drain » donc la fuite des cerveaux et d’un autre côté renforcer la formation et la recherche en vue de faciliter la transition de la société économique actuelle vers la société « du savoir ». Les adversaires du projet pensent que le pays est trop petit, que l’exercice est trop cher et que la société Luxembourgeoise a depuis toujours, profité de l’éducation et l’expérience de ses citoyens revenants d’études faites à l’étranger. La population Luxembourgeoise a démontré jusqu’à présent un intérêt minime pour cette jeune Université, contrairement aux lycées du secondaire où chaque enfant Luxembourgeois passe obligatoirement. Afin d’apaiser les critiques, la nouvelle Université a fait la part belle à la recherche. Cette université fraîchement baptisée « université de recherche » fonctionne sur un modèle hiérarchique autocratique style « top-down ». Toutes les décisions sont prises par un conseil de gouvernance composé uniquement de personnes externes à l’organisation, nommé et révoqué par le Ministère en charge. Les propositions soumises à ce conseil de gouvernance proviennent exclusivement du Ministère ou du rectorat, qui lui-même est nommé par ce même conseil de gouvernance. Donc un cercle exclusif de personnes dirige cette université de recherche. Le budget a progressé depuis sa création de 50 millions en 2003 à 250 millions d’euros 2017 et curieusement, dans le même temps les dépenses du secteur privé en matière de recherche ont diminué. Ceci démontre que jusqu’á présent l’Université n’a pas su stimuler les autres acteurs de la recherche du pays et accompagner le succès économique du pays. Le concept actuel montre ses limites et prouve que l’Université n’est pas encore pleinement intégrée au Luxembourg. L’Université possède une administration disproportionnée et essaie d’intégrer 3 ou même 4 Centres Interdisciplinaires à côté de ses 3 Facultés. Cette intégration génère des conflits dans l’utilisation des ressources de personnels. Les secteurs prioritaires, définis par le conseil de gouvernance et le rectorat, bénéficie de large dotations en postes et subvention, au détriment des unités non-prioritaires qui luttent pour assurer un enseignement et fonctionnement normal de qualité. La liberté académique, génératrice de toute créativité et polarisatrice de talents, est mise en péril par un management exclusif et est asphyxiée par une administration indolente. Cette large variation de dotation dans les départements au sein d’une même faculté, et ceci sans aucunes discussions, critères ou explications, a pour effet d’attiser les tensions et d’éliminer les collaborations. La communication en général est pratiquement inexistante. Les discussions critiques nécessaires pour l’échange d’idées et d’opinions entre le management et le personnel, académique et administratif, sont quasi-nulles, suite à une loi pratique et favorable aux dirigeants.

Des Centres Interdisciplinaires en informatique, en biologie et histoire contemporain et un centre en logistique ont été créés et intégrés à l’Université, sans jamais être vraiment en phase avec les facultés où se trouvent les enseignants-chercheurs « standards » et les étudiants. Un grand nombre du personnel de ces centres n’est pas impliqué dans les formations « Bachelor » et « Master » et se consacre uniquement à la recherche, tout comme dans les autres Centres de Recherche Publiques du pays. A l’encontre d’une assimilation de la recherche dans l’enseignement, l’Université soutient une séparation de ces institutions sous formes d’objectifs / taches spécifiques.

En Mars 2017, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a soumis au Conseil de Gouvernement un projet de loi, ayant pour objet une réforme de l’organisation de l’Université du Luxembourg. Quelques semaines après cette soumission, une crise budgétaire de l’Université s’est manifestée publiquement. Cette proposition de loi du Ministre Hansen réformerait légèrement l’organisation, sans remettre en cause le concept de management « top-down » et sans tentative d’instaurer une communication interne efficace. La question devient légitime : Comment un conseil composé de personnes externes à l’organisation peut raisonnablement prendre des décisions sans même connaître les problèmes de base des étudiants et du personnel, sans qu’une discussion et qu’une communication ouverte soient institutionnalisées, sans avoir un avis de quelques représentants internes y travaillant quotidiennement ? Dans cet esprit la proposition de loi est analysée et commentée ci-dessous:

Afin de créer un climat de confiance, et mettre l’accent sur une collaboration transparent nous proposons les commentaires suivants concernant la proposition de loi :

  • Les 3 missions définies par l’art. 1 – 3 sont essentielles et doivent être mise en place pour toute l’Université.

  • Le développement d’une école doctorale engendre une tache administrative très importante – cette école doctorale doit être développée sur base des besoins, et volontariat et non de façon systématique ce qui peut réduire considérablement la tache administrative engendrée à l’heure actuelle (art. 38). L’école doctorale doit être transversale, identique pour les facultés et les centres interdisciplinaires (art. 16.5).

  • La composition du Conseil de Gouvernance (CdG) doit inclure des professeurs de l’Université élus par le corps académique afin d’avoir une vue interne de la situation:

    • 6 représentants externes,

    • 4 professeurs élus par le corps académique,

    • 1 élu représentant du personnel administratif.

  • Le rôle du Recteur:

    • La responsabilité de l’exécutif doit incomber au rectorat et non au recteur (art. 7),

    • Les doyens et vice-doyens doivent être élus par le corps académique de la faculté et ce pour une durée de 4 ans renouvelable. Les professeurs des centres interdisciplinaires élisent leur directeur pour une durée de 4 renouvelable. (art. 7.12, art 5.2).

  • Le rôle du Conseil Universitaire (CU):

    • Le rectorat peut assister au conseil universitaire sur invitation – dans un rôle consultatif (art. 12.1),

    • Emêt un avis rendu public de façon écrite (art. 12.3-8),

    • Doit avoir un rôle stimulateur de discussion et communication,

    • La composition du CU devrait comporter moins d’étudiants (art.13), par exemple :

      • 9 professeurs élus par le corps académique des facultés,

      • 2 professeurs élus par les différents Centre interdisciplinaire,

      • 1 assistant chercheur élu,

      • 1 assistant chercheur élu par les Centre interdisciplinaires,

      • 3 représentants du personnel,

      • 2 étudiants.

  • Le chef de département au sein des facultés doit être élu par les membres du département pour 3 ans – renouvelable (art. 14.4)

  • L’intégration des centres interdisciplinaires doit se faire sur base des 3 missions de l’université (art.16).

  • Il est indispensable que soit établi une charte définissant de façon commune les objectifs en termes de recherche, d’enseignement, de tâches administratives et d’impact sur la société socio-économique  (art. 21.

    • A l’heure actuelle il n’existe pas de règles communes concernant la distribution des tâches, ce qui engendre de grandes différences et frustrations. Le projet de loi propose une charge d’enseignement d’un minimum de 30 unité / an pour tous les professeurs ce qui nous ne semble pas adapté (art. 25). Une étude approfondie doit être faite et les ressources en matière d’enseignement doivent être distribuées en fonction des besoins.

    • Il est primordial d’évaluer et de fixer la tâche d’enseignement pour chaque professeur et assistant-chercheur des facultés et des centres interdisciplinaires de façon a homogénéiser les charges de travail et pouvoir réduire le coût des vacataires.

  • L’autorisation à diriger des recherches doit être accordée aux professeurs et professeurs associés de l’université et de façon limitée et concertée aux personnes externes à l’université (art. 22).

  • Les activités accessoires doivent être toutes déclarées et seulement approuvées à partir d’un certain niveau spécifié par ROI par exemple (10% du salaire) (art. 23).

  • Les nominations des professeurs affiliés, invités et honoraires sont soumises par recteur au CG, après avis du doyen et acceptation du département (art.29).

  • Une charge d’enseignement et de recherche doit être définie pour les assistants chercheurs (art.28).

  • La nomination d’un enseignant vacataire est soumise par département au doyen pour 3 ans renouvelable (art.30).

  • L’article 32 – 6 concernant le ‘multilinguisme sauf contre-indication’ mérite une explication plus détaillée.

  • Le jury pour la validation des acquis est déterminé par le département. (art 34 -3).

  • Les accords de Bologne définissent un diplôme de Bachelor ou Master, tout en laissant la liberté d’orienter la formation de façon professionnelle ou académique. Nous souhaitons pouvoir indiquer l’orientation dans l’intitulé de la formation.

  • Nous souhaiterions que le projet de la loi soit revu de façon anonyme par l’ensemble du personnel de l’université – les commentaires ainsi engendrés permettront de souligner les problèmes, les succès, et initieront le débat.

Il est essentiel de définir les objectifs primordiaux d’une université : la formation des cadres de demain et le transfert du savoir au monde-socio-économique. Ces deux buts ne sont atteints que par la qualité de l’enseignement et de la recherche conjuguée : une université brille par l’excellence de son personnel qui s’inspire mutuellement sur base de discussions permanentes et constructives. De bons professeurs attirent de bons étudiants et thésards, qui généreront une recherche de qualité, qui viendra enrichir la société et les entreprises. Mais sans débats, sans discussions et sans communication efficace interne et externe, il n’y aura pas de progrès et l’Université ne pourra s’intégrer complètement dans le pays. La discussion concernant les priorités de l’Université ne devrait-elle pas être publique ? Car elle concerne tout un chacun.

La réforme de la loi proposée est minimale et il serait malheureux qu’un cercle restreint de personnes en débattent. Il est essentiel d’ouvrir le débat et d’y inclure un panel de représentants du corps académique et administratif, ayant une connaissance approfondie des activités quotidiennes de l’Université. Ceci aura certainement pour effet de ne pas reproduire les erreurs du passé et aider à la progression de cette organisation.

Contribution d’un groupe de professeurs à la discussion des points 3 et 4 de l’AGM 2017 du mardi 20 juin.

Posted in APUL, Meetings, Research policy, UL Law | Leave a comment

Leitstern Qualität

Gedanken zur Revisions Debatte des luxemburger Universitäts Gesetzes:

[Erster fundamentaler Gemeinplatz:]Universitäten sind immer Stätten der Forschung und Lehre, deren einziger Leitstern Qualität heißt. …
Daß es in Universitäten um Forschung und Lehre von höchster Qualität geht, heißt nicht, daß Universitäten nicht auch andere Zwecke haben und verfolgen. Indes sind diese immer sekundär, ja in ihrem Gewicht begrenzt durch den primären Zweck. Manche dieser sekundären Zwecke sind so alt wie die Universitäten selbst. Das gilt vor allem für die Ausbildung für bestimmte Berufe. Andere sind wiederkehrende Themen der Universitätsgeschichte, so der Wunsch von Regierungen, durch Universitäten bestimmte Ziele zu erreichen, sei es Nationalbewußtsein, sei es Wehrertüchtigung, sei es Elitebildung, sei es auch technischer Fortschritt. Wieder andere sekundäre Ziele und Zwecke sind im Zusammenhang sozialer Prozesse zu sehen, so die Rolle der Universitäten im Prozeß der Herstellung von Chancengleichheit. Alle diese zweitrangigen und zusätzlichen Zwecke rühren an den zweiten fundamentalen Gemeinplatz: Qualität ist nur in einem Klima der Autonomie zu erreichen. Wer Universitäten sekundären Zwecken dienstbar zu machen sucht, kann dies nur um den Preis ihrer Qualität erreichen.

Dem ist allerdings sogleich der dritte Gemeinplatz hinzuzufügen: Universitäten repräsentieren weder die einzige Form der Bildung noch auch nur die einzelnen Methoden der Forschung und „tertiären“ Bildung und Ausbildung. Angewandte, zweckgebundene Forschung (und Entwicklung) hat ihren Ort und Sinn. Das gleiche gilt für im engeren Sinn berufsbezogene Ausbildung, auch übrigens für Sondermaßnahmen der Bildung und Ausbildung zum Zweck der effektiven Angleichung von Chancen. …”

Ralf Dahrendorf, Zeit Artikel erschienen am 9.März 1984

Posted in Academic Freedom, Research policy, UL Law | Leave a comment

Die Universität zwischen Weisheit und Management

“Unter dem Einfluss der Ökonomie hat die Universität ihre Idee verloren. Um sie wiederzufinden, muss sie ihre Autonomie nicht nur nach außen, sondern auch nach innen verteidigen.” Von Jürgen Mittelstraß

In Frankfurter Allgemeine Zeitung Seite N4 31. August 2016

Posted in Academic Freedom, Research policy, UL administration | Leave a comment